1. Une araignée tue 2.000 insectes par an
En France, chaque année, les araignées consomment 400 millions d’insectes par hectare. Elles on un rôle écologique capital car elles préservent les cultures agricoles de nombreux insectes ravageurs.

2. La plus grosse araignée au monde est une mygale dont le nom vernaculaire est inspiré d’un géant mythique : l’Araignée Goliath (Theraphosa blondi). Elle peut mesurer jusqu’à 30cm d’envergure.

3. Il existe une seule espèce d’araignée végétarienne connue. C’est la seule araignée qui ne se nourrit pas uniquement de chair. Cette araignée sauteuse se nourrit principalement des boursouflures riches en protéines et graisses qui se forment à la pointe des feuilles d’acacia. Elle peut aussi se nourrir de nectar, et très occasionnellement, de larves de fourmis.

4. Les araignées sont partout (ou presque) Les araignées ont colonisé le monde entier… sauf l’Antarctique.

5. Une toile ultra-résistante. Toutes les araignées ne produisent pas le même type de soie. La plus résistante connue à ce jour est celle de l’araignée Darwin (Caerostris darwini). C’est en fait le matériau biologique le plus solide jamais étudié : il est plus de 10 fois supérieur au Kevlar.

6. L’araignée banane, la plus venimeuse au monde. Le venin de l’araignée banane contient une neurotoxine, le PhTx3, qui à haute dose, peut entraîner une perte de contrôle musculaire, des problèmes respiratoires et une éventuelle asphyxie.

7. Certaines espèces d’araignées peuvent pondre jusqu’à 3.000 œufs en une seule ponte. Mais en moyenne, sur 100 petits, seuls un ou deux atteindront l’âge adulte.

8. Les araignées sauteuses (famille des Salticidae) sont généralement de petite taille, mais capables d’effectuer des bonds impressionnants : certaines peuvent sauter sur des distances 50 fois supérieures à leur taille, tout en déployant un fil de soie qui leur permet de stabiliser leur vol et de s’assurer un atterrissage précis et sans encombre. Les araignées sauteuses ont également pour particularité de ne pas tisser de toiles, et d’avoir une excellente vue, contrairement à la plupart des araignées.

9. Il existe une espèce d’araignée capable de vivre sous l’eau : l’Argyronète (Argyroneta aquatica). Elle vit dans les plans d’eau calme et claire de la zone paléarctique. Pour survivre sous l’eau, elle tisse une toile liée à des plantes aquatiques, dans laquelle elle amène de l’air récupéré à la surface grâce aux poils de son abdomen. Elle se fabrique ainsi une véritable bulle d’air, dans laquelle elle peut respirer sans encombres.

10. Le sang des araignées devient bleu à l’air libre. Ce n’est d’ailleurs pas du sang : on parle d’hémolymphe, un liquide circulatoire caractéristique des arthropodes. Les araignées ne possèdent pas de vaisseaux et d’artères. L’hémolymphe assure la communication entre les organes de l’animal et emplit donc tout leur organisme. Alors que le sang humain est basé sur la molécule d’hémoglobine, qui contient du fer, l’hémolymphe est basé sur l’hémocyanine, qui contient du cuivre. Le ‘sang’ des araignées est transparent, mais exposé à l’air libre, il prend une couleur bleue.

11. La tégénaire géante (Tegenaria duellica), grosse araignée que l’on retrouve parfois dans sa baignoire ou dans une toile en forme de tunnel est réputée pour son impressionnante vitesse de déplacement. Elle peut ainsi parcourir 0,53 mètre par seconde !

12. La vraie arachnophobie ne touche pas autant de monde qu’on le croit. Si les araignées vous font peur ou vous répugnent, vous n’êtes pas forcément arachnophobe. En réalité, 3,5 à 6,1% de la population mondiale est arachnophobe. 

%d blogueurs aiment cette page :