C’est une étude menée depuis près de trente ans. Des scientifiques se sont penchés sur l’évolution de la quantité d’insectes volants présents dans les campagnes allemandes entre 1989 et 2017. Le résultat de l’étude publiée mercredi est édifiant : plus de 75 % d’entre eux ont disparu en près de trente ans.

Les insectes nous aident aussi à nous vêtir. La plupart des fibres naturelles n’existeraient pas sans les insectes (tissus de soie issus du cocon de la chenille par ex.).

Les insectes sont aussi les principaux recycleurs de notre planète. Le bousier, ce gros scarabée noir se nourrit d’excréments, les collemboles décomposent les végétaux de la litière, certaines fourmis évacuent et mangent les animaux morts. Sans eux, le fumier, le bois mort, et la charogne continueraient à s’accumuler. Ils fertilisent le sol et l’enrichissent avec des substances nutritives !

Le sujet est brûlant, car ces insectes jouent un rôle crucial dans la pollinisation de 80% des plantes sauvages et dans l’alimentation de 60% des espèces d’oiseaux.

En cause, les insecticides systémiques dits « néonicotinoïdes », qui représentent 40 % du marché mondial des insecticides agricoles – 2,6 milliards de dollars. Pulvérisés ou appliqués en traitement des sols, ils ne sont pas absorbés en une seule saison végétative. Ils polluent ainsi massivement les cours d’eau, les sols et les plantes. La disparition des insectes menace toute la biodiversité.

%d blogueurs aiment cette page :